Genèse

From Wiki Success
Jump to navigation Jump to search

Planisphère.jpg

Les premiers nés

Bien qu’aucune archive ne subsiste à l’heure actuelle les légendes nous renseignent un peu sur les premières heures du monde. Avant l’avènement des humains, les premiers-nés régnaient en maître sur la terre. Les orques comme on les appelle aujourd’hui, étaient une race fière et conquérante, particulièrement avancée et habile dans l’art de manier le mana. Mais c’était aussi une race cruelle, qui réduisit une humanité balbutiante à l’esclavage. Ces humanoïdes (objectivement, on devrait plutôt dire que les humains sont des "orquoïdes" mais ce sont les vainqueurs qui écrivent l’histoire.) sont plus grands (entre 1m90 et 2m30) et plus massifs que les humains. Leur peau rugueuse et épaisse arbore des teintes allant du vert clair au noir profond bien qu’on rapporte des apparitions d’orques à la peau rougeâtre dans les déserts du nord. Leur visage à des traits durs et bestiaux et leur mâchoire carrée arbore des crocs proéminents. Si l’on en croit les légendes, les capacités magiques des Premiers Nés étaient bien supérieures à celles des humains et ils étaient capables de plier le mana à leur désir par la seule force de leur volonté. Les mythes leur accordent divers pouvoirs, comme la capacité de communiquer et de voyager via les Arbres-esprits, ces immenses arbres aux feuilles d’or que l’on trouvait alors un peu partout sur le continent. Depuis, la qualité exceptionnelle de leur bois a provoqué leur quasi disparition et il n’y a guère que le Nevarra pour considérer encore aujourd’hui ces arbres comme sacrés. Quelques traces de l’ancienne civilisation orque ont subsisté jusqu’à aujourd’hui, ruines d’un passé révolu. Depuis peu, les nations du continent s’intéressent activement à ces vestiges et envoient des équipes d’érudits étudier ces lieux dans l’espoir secret d’y découvrir de puissants artefacts.

La révolte

Pendant des siècles, les hommes subirent le joug des premiers nés, mais ils apprirent beaucoup à leur contact. Petit à petit, un vent de révolte se mit à souffler sur l’empire Orque. Alors que les siècles s’écoulaient, les révoltent se firent de plus en plus nombreuses. C’est alors qu’apparu Xel, héros de toute l’humanité. Si l’on sait très peu de chose à son sujet, il est sûr qu’il devait être un combattant exceptionnel doublé d’un stratège hors pair. Il mena la révolte des siens et plongea l’empire dans une longue guerre civile. Les combats furent âpres, mais les esclaves étaient bien plus nombreux et des dissensions internes fragilisèrent l’empire. Après plusieurs décennies de combat qui laissèrent le continent exsangue, les orques furent pratiquement tous massacrés et les hommes purent prendre le contrôle de la Terre. Les orques survivants furent chassés loin, dans les déserts arides du nord et les montagnes gelées du sud. Leur civilisation dégénéra au fil du temps, et ce ne sont plus maintenant que des primitifs belliqueux et cruels qui pillent régulièrement les terres humaines. Mais le sang des premiers nés ne disparut pas tout à fait. Car certaines lignées orques soutenaient la révolte humaine, bien que ne désirant surement pas l’anéantissement de leur peuple. À la fin de la guerre, ils furent autorisés à rester, en récompense de leur aide. Leur sang se mêla peu à peu aux humains, c’est pourquoi il n’est pas rare, encore aujourd’hui, de croiser un « demi-orque » dans les métropoles du continent. Ces êtres musculeux à la peau verte ou grise n’ont pas la carrure monumentale de leurs ancêtres et leurs visages épais sont cependant très proches de ceux des humains. Malgré tout, les superstitions vont bon train et ils sont souvent rejetés, surtout dans les campagnes. Xel régna alors pendant près de 20 ans sur l’Empire humain avant d’être mystérieusement assassiné. Pour honorer sa mémoire, les hommes érigèrent le sanctuaire de Tor Ylen. Ce haut lieu de mémoire rappelle à tous l’époque glorieuse où l’Humanité s’unit pour acquérir sa liberté. Le corps de Xel fut inhumé sous le sanctuaire et les Prêtres de l’Unification furent charger de veiller à jamais sur son tombeau. Les enfants de Xel reçurent en héritage une province de l’Empire avec pour tâche de préserver l’unité et la paix le plus longtemps possible. Mais la progéniture de Xel n’avait pas sa sagesse et il ne fallut que quelques années pour qu’une guerre fratricide n’éclatât. Les informations dont disposent les érudits sur cette période sont très minces, mais il est certain que le conflit vit naître les bases des nations modernes du continent.